• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 15 mars 2018
( 15 mars, 2018 )

Paranormal 43:Hotel Stanley

Chers lecteurs, chères lectrices ;

Bonjour et merci de votre fidélité que vous me témoigner.

Stanley Hotel 1Aujourd’hui, je vais vous parlez du paranormal.

Le thème que j’ai choisi est la troisième partie du Stanley Hotel.

Le Stanley Hotel de Estes Park du Colorado inscrit maintenant dans le National Register of Historic Places depuis 1977 voit défiler dans son antre de nombreuses célébrités tels que Théodore Roosevelt, l’Empereur du Japon, Jim Carrey et le célèbre romancier Stephen King qui suite aux phénomènes publia son best-seller « Shining ».

Aujourd’hui ce magnifique Hotel Stanley est répertorié comme une station balnéaire populaire pour les chasseurs de fantômes et les amateurs de sensations fortes.

En effet, ce lieu se trouvant au milieu de la vallée rocheuse regorgent d’innombrables fait inexpliqués et d’appariions fantomatiques.

D’après les dires de certains visiteurs ayant séjourné dans l’hôtel dit avoir vu et attendu des choses étranges.

Comme les fantômes de Freelan Stanley le constructeur en 1907 de l’hôtel Stanley et de sa femme Flora habillés tous deux en tenues de soirée sur l’escalier principal, ainsi que dans d’autres lieux publics tels que le hall, la salle de billard et dans les bureaux administratifs.

Que sur le balcon de l’escalier on peut apercevoir la silhouette de Flora la femme de Freelan et qu’elle laisserait une odeur de parfum.

Certains disent même avoir attendu dans la salle de bal un piano jouer de temps à temps seule, sans qu’il ait une personne à ses côtés.

On dit aussi que l’on peut attendre des voix désincarnées et de mystérieux bruits de pas dans les couloirs de l’hôtel ou dans certaines chambres.

Le personnel de ces lieux raconte même avoir ressentit des mains invisibles tirées sur leurs vêtements.

Des vacanciers disent se réveiller avec leurs couvertures soigneusement pliées au bout de leurs lits.

La chambre 401 révèle que l’ancien propriétaire le comte Dunraven hanterait cette chambre ou l’odeur de cerise de son tabac se sentirait lorsqu’il fume sa pipe où bien que l’on peut l’apercevoir un visage fantomatique regarder par la fenêtre, qu’il volerait aussi les bijoux, les montres et les bagages, mais qu’on les retrouveraient un moment ou un autre, qu’il aime également se cacher dans le placard pour toucher les femme lorsqu’elle ou les portes.

Dans la chambre 217 ou séjourna Stephen King, la gouvernante Wilson suite à l’accident ou les Stanley la gardèrent jusqu’à sa mort hanterait depuis cette chambre ou elle range et nettoie la pièce pour les occupants qu’elle apprécie et pour ceux qu’elle n’aime pas on retrouve les valises devant la porte.

Tandis que la chambre 418 c’est un petit garçon qui se montre et s’amuse avec les lumières et la télévision.

Il y aurait aussi des chuchotements de trois enfants dans le placard par Billy, Emily et Matthew qui riraient et courraient dans les couloirs de l’hôtel.

Quand à la chambre 428 il y aurait eu un cow-boy qui aurait été pendu pour assassinat et disculpé le lendemain.

On dit aussi qu’il y a une petite fille inconnue passe son temps a observer les gens dans les escaliers central.

Par contre dans la salle de bal elle serait la plus hantée que le personnel de cuisine dit attendre souvent qu’une fête se déroule.

Un entrepreneur dit qu’un jour lors de la rénovation des plancher de la salle de musique qu’une force invisible l’aurait soulevé par les pieds et que selon le personnel se serait Paul qui eu assez d’entendre le bruit de la ponceuse.

Que l’acteur Jim Carrey en tournant le film « Dumb and Dumber » aurait demandé la chambre 217, mais au bout de trois heures qu’il est sorti en courant et aurait refusé d’y retourner, même pour aller rechercher ses affaires, mais que jamais il n’aurait voulu raconter ce qu’il lui était arrivé.

Quoiqu’il en soit le Stanley Hotel n’est pas prêt à nous livrer tous ses secrets !

C’est à vous maintenant de faire votre opinion sur cette histoire.

Cordialement votre admin.

Spirituellement votre.

 

|