• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 3 août 2017
( 3 août, 2017 )

Paranormal 16

Chers lecteurs, chères lectrices ;

Bonjour et merci de votre fidélité que vous me témoigner.

Bête du Gévaudan 1Aujourd’hui, je vais vous parlez du paranormal.

Le thème que j’ai choisi est la deuxième partie sur la bête du Gévaudan.

La bête du Gévaudan dont je rappelle est une créature féroce et énorme, tue plus d’une centaine de personnes, continue à semer la terreur dans la région, malgré les efforts du capitaine Duhamel et de ces troupes envoyer par le Roi Louis XV à faire des ravages.

C’est ainsi qu’un jour un dénommé Denneval chasseur de loup assure au Roi qu’il mettra fin à la croisade de la bête du Gévaudan.

Seulement voilà, suite aux querelles avec Duhamel, le Roi Louis XV envoie son porte arquebuse Antoine de Bauterne en juin 1765 pour congédier Denneval et prendre sa place pour pister la créature ou il pensera avoir tuer la bête avec deux balles le 21 septembre 1765 qui met fin à la furie de la bête sur les villageois.

Seulement en 1766 la bête du Gévaudan reprend du service et elle se remet à tuer sauvagement laissant ainsi des dizaines de cadavres décapités et déchiquetés.

En juin 1767 le marquis d’Apches décide d’organiser une battue pour mettre fin à cette créature.

Et c’est ainsi qu’un certain contingent nommé Jean Chastel très estimé se retrouve seul devant la bête le 19 juin 1767, il prend son arme et fait feu en la tuant avec une balle laissant la créature affaiblit sur le sol, il décide alors de lâcher les chiens sur elle pour achever le travaille.

Par la suite il rapporte cette créature au château de Besques où l’on peut confirmer qu’il ne s’agissait pas d’un loup, mais bien d’une créature étrange.

La bête du Gévaudan fut alors amener à Versailles, mais suite à la conservation de la dépouille et aux chaleurs cette créature ne fut pas prise au sérieux.

On décide ainsi de l’enterrer et de renvoyer Chastel à Gévaudan ou les villageois moins ingrat que Versailles l’accueille comme un héro, car après son exploit on entendit plus parler de la bête du Gévaudan.

Dans les récits et les témoignages de ceux qui ont aperçu cette créature morte ou vivante disent toutes qu’elle ressemblaient plutôt à une sorte de canidé.

Seulement des problèmes subsistent d’après les chercheurs du musée d’histoire naturelle de Paris qui ont ainsi effectuée des recherches d’après les croquis retrouvés de l’époque.

Ainsi diverses théories affluent montrant qu’un renard est trop petit et qu’une hyène arpentant le sud de la France à cette époque n’aurait pu s’acclimater.

Qu’un loup même impressionnant ne s’attaque généralement pas à l’homme, car ils ont peur et cherche toujours à s’enfuir, mais surtout qu’un loup chasse le plus souvent la nuit et non pendant la journée.

On a même donnée des théories sur un hybride avec un croissement entre un loup et un chien, sauf qu’ici un canidé ne peut décapiter un être d’un seul coup même avec des crocs acérés de manière si régulière.

C’est pourquoi aujourd’hui de nombreuse théorie ont émergé au fil du temps sans conter bien sûr les mythes, les légendes et autres histoires rocambolesques sur le surnaturelle.

Aujourd’hui encore une réponse reste dans l’esprit.

Est-ce que Chastel a organisé cela pour la gloire et comment la bête du Gévaudan c’est retrouvé dans cette région. 

C’est à vous maintenant de faire votre opinion sur cette histoire.

FIN DE LA DEUXIEME PARTIE

Cordialement votre admin.

Spirituellement votre.

|